jeudi 1 juin 2017

LÉGISLATIVES : PROPOSITIONS DE "RÉPUBLIQUE EN MARCHE"

Deux associations "MIEUX VIVRE DANS LE NORD DU LOT" et"VIVRE À FIGEAC" interpellent les candidats aux législatives de la 2ème circonscription du Lot sur les réponses à apporter aux citoyens en matière de prise en charge de leur santé sur le territoire. 
HUGUETTE TIEGNA et OLIVIER DESBORDES NOUS RÉPONDENT.
----------
Élu(e) député(e), vous allez être amené(e) à étudier, à proposer, à voter des mesures concernant la réorganisation des soins au profit des zones sous-dotées en effectifs médicaux et en services hospitaliers. La 2ème circonscription du Lot est tout particulièrement concernée par cette problématique. Sa démographie et son attractivité en dépendent.


« Nos réponses sont des pistes de réflexions qui ne peuvent se développer qu’avec une large concertation à l’échelle du lot » précisent Huguette TIEGNA et Olivier DESBORDES

1- L’ATTRACTIVITÉ MÉDICALE
Les villes de plus de 100 000 habitants offrent aux médecins un éventail de «possibles» tant au niveau professionnel que personnel. Des mesures existent pour inciter les généralistes à s’implanter sur les territoires sous dotés mais elles sont apparemment insuffisantes. De nouvelles dispositions seraient-elles nécessaires et lesquelles ?
Garder la zone de revitalisation (ZRR) pour créer une attractivité fiscale.
Re dynamiser la présence d’internes dans les hôpitaux et les médecins libéraux du secteur pour leur faire connaître et aimer la région.
Mixer les projets de maisons médicales ou maisons de santé entre le libéral et médecin salarié.

Dans le cadre des projets de maisons sur certaines zones particulièrement difficiles proposer un secrétariat payé par la collectivité et des avantages sur les loyers.
Développer la télémédecine avec tous ces moyens. Et maintenir les services d’urgence et les hôpitaux de proximité.
La réponse n’est pas uniforme sur le térritoire , un concertation « grenelle- lotois » de la santé rassemblant collectivité, com com , mairie, les professionnels de santé pour établir un diagnostic et une stratégie globale et non pas parcellaire comme c’est le cas aujourd’hui.

2- LES SPÉCIALISTES
Le manque de spécialistes hospitaliers et libéraux est criant sur tout l’hexagone et encore plus sur un territoire comme le nôtre : ophtalmo, gynéco, dermato, psychiatre, rhumato... Les distances à plus de 30 km et les délais de rv à plus de 3 mois se traduisent par un renoncement aux soins sur le nord du Lot. Quelles solutions prônez-vous pour améliorer significativement cette situation ?
Il y a 2 pistes :
La piste hospitalière avec le GHT(groupement hopsitalier térriotiale) lotois. Avec la mise en place de consultations de spécialistes, pour cela il faut que les médecins de l’hôpital de Cahors jouent le jeu.
Pour l’installation de jeunes spécialistes il faut les aider à trouver les moyens de fiancement du matériel. Financer les études de lotois par des bourses avec un retour contractuel sur le territoire.


3- LES PETITS HÔPITAUX
Nous sommes en territoire semi-rural doté de 3 hôpitaux de taille moyenne : Gourdon, St-Céré, Figeac. Les petits hôpitaux ont de grosses difficultés à fonctionner et à recruter. Que préconisez-vous pour assurer leur rôle au sein des territoires ?
Le GHT est une perspective positive mais le projet n’est pas encore contraignant. Il dépend de la volonté des gros hôpitaux de travailler pour maintenir les petits.
Réduire la place de la T2A pour favoriser des financements liés à des objectifs précis et des missions de santé publique.
Ouvrir l’H aux libéraux en levant la barrière administrative pour créer des cabinets secondaires.


4- LES MATERNITÉS
La surveillance et la sécurité des grossesses sur un territoire comme le nord du Lot pâtissent de la disparition des petites maternités et de l’absence de gynécologues-obstétriciens. Sur le sujet, proposez-vous un plan santé valorisant des solutions de proximité et lesquelles ?
MSP avec des sages femmes pour la surveillance et possédant un DIU d’échographie. (Public et privé)
étudier les chiffes pour ré-ouvrir une maternité sur la zone dans le lieu le plus « structurant »
page2image18456page3image1032
5- LES URGENCES
Les urgences accessibles à plus de 30 mn, comme sur la moitié de la 2ème circonscription du Lot, créent une mortalité évitable contraire au droit égalitaire face aux soins. Quelles mesures comptez-vous appuyer pour résoudre la question ?
1) sauvegarder les services d’urgence (difficulté de recruter des urgentistes) Créer des pôles de médecins urgentistes.
2) renforcer la coopération entre les Pompiers et le Samu. (Pilotage régalien de l’état pour harmoniser) 
3) former 80% de la population aux premiers secours
4) revaloriser les indemnités des SPV pour augmenter les effectifs.


6- LA COORDINATION MÉDICALE
Là où hier l’on mourait, aujourd’hui on soigne de longues maladies chroniques qui exigent des interventions multiples de professionnels de la santé à compétences complémentaires. Faut-il favoriser les délégations de tâches, la mise en réseau des praticiens, la télémédecine, et comment ?
Oui pour favoriser les petites unités de proximités sont plus humaines. Favorisent les économies (VSL)
Rémunérer les praticiens qui participent aux RCP (réunions de concertations pluridisciplinaires) bénévolement.


7- LES FRONTIÈRES ADMINISTRATIVES
Le nord de la 2ème circonscription est situé en Occitanie mais sous l’influence de Brive-la-Gaillarde localisée en Aquitaine. Que comptez-vous avancer comme mesures pour interconnecter les territoires et favoriser la prise en charge des soins, des urgences et des transports sanitaires inter-régionaux ?
Lever les clivages de l’ARS –
La réunion des hôpitaux du lot est une bonne chose, le danger est que l’hôpital de Cahors ne remplisse pas le projet de diffuser l’offre sur le territoire.
Remplacer 18 et 15 par 112 (européen)

**********************************************************************************
Pour finir, si vous le souhaitez, compléments des questions ci-dessus et préconisations autres.page3image18544 page3image18704

- Consolider l’engagement des SP dans le secours d’urgence.
- Adopter des mesures attractives pour les SPV, comparables aux réservistes opérationnels de la gauche nationale.
- Réussir l’alchimie entre le pilotage régalien de l’état et les collectivités = « 3e force dans la sécurité intérieur 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En postant un commentaire, vous nous montrerez votre intérêt pour le sujet. Avec un maximum d'avis et de témoignages, nous pourrons débattre concrètement sur vos besoins en matière d'accès aux soins.
Dans cette perspective, nous pouvez laisser votre n° de téléphone ou votre adresse mail car sans vous, rien ne se fera !
Merci de votre soutien.

Pénurie de médecins : que faire ?