vendredi 12 mai 2017

LÉGISLATIVES 2017 : une occasion de questionner.

Pour faire poids sur le territoire et donner sens à ses actions contre la désertification médicale, « Mieux vivre dans le nord du Lot » se rapproche en 2017 de « Vivre Figeac et son territoire ». Ce mois-ci les deux associations adressent 7 questions aux candidats aux législatives pour connaître leurs positions quant aux mesures à prendre sur les questions suivantes : l’attractivité médicale, de spécialistes, les petits hôpitaux, les maternités, les urgences, la coordination médicale sur les territoires, les frontières administratives.

Le rapprochement avec Vivre Figeac et le questionnement aux candidats aux législatives 2017 se situent dans la droite ligne de la démarche de l’association depuis ses débuts.
À l’origine de sa création, une intuition : celle d’un virage à prendre par les praticiens de la santé pour tourner le dos au renoncement aux soins, pour organiser la relève des médecins partant à la retraite dans les meilleures conditions possible, pour initier un modèle qui mette au cœur du fonctionnement territorial le patient. 

Mais vous dira-t-on des maisons de santé se construisent, des médecins étrangers s’installent et quelques autres de l’hexagone aussi, la situation n’est pas aussi catastrophique ! C’est en partie exact mais seulement en partie.

« Mieux vivre dans le nord du Lot » a, en premier lieu, évalué les besoins et les aspirations des habitants en analysant les réponses à un questionnaire distribué dans les pharmacies. Les résultats se sont avérés sans appel. Ils ont justifié une aide de l’Agence régionale de la santé pour proposer des pistes d’action concrètes.

Après six réunions-débat avec la population et une enquête auprès d’internes en médecine, l’association a produit un rapport transmis sur demande *. Celui-ci préconise deux axes de travail : accroître l’attractivité médicale du territoire en diversifiant son image tournée jusqu’à lors trop exclusivement sur le tourisme estival ; appuyer la mise en réseau des compétences de santé, trop éclatées actuellement à l’image de l’exercice isolé des médecins de famille d’antan.
Les résultats de tout ce travail sont timides mais bien réels. Les médecins nord lotois prennent davantage de jeunes stagiaires, des équipes de santé commencent à se constituer au sein desquelles les professions paramédicales sont souvent motrices, le département fait évoluer son image à l’extérieur.

Début 2017, l’association a convié deux intervenants du plateau de Millevaches pour démontrer la pertinence de l’organisation en réseau des équipes de santé. Là où l’on mourait autrefois, le patient vit affecté au long cours par une maladie chronique, par définition complexe, nécessitant des compétences de santé variées et complémentaires. La coordination des flux d’information et d’intervention devient la pierre angulaire de l’attractivité des jeunes médecins qui ne conçoivent leur métier qu’en équipe en lien avec les technologies d’information et de diagnostic les plus récentes.       




*rapport final à demander à santenordlot@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En postant un commentaire, vous nous montrerez votre intérêt pour le sujet. Avec un maximum d'avis et de témoignages, nous pourrons débattre concrètement sur vos besoins en matière d'accès aux soins.
Dans cette perspective, nous pouvez laisser votre n° de téléphone ou votre adresse mail car sans vous, rien ne se fera !
Merci de votre soutien.

Pénurie de médecins : que faire ?